The End

Français / Català

Després de Potosí vam pedalar fins a Uyuni on vam trobar una vintena de ciclistes, alguns ja coneguts, alguns dels que havíem sentit parlar i alguns que no sabíem que existien. Després d’un mes sense trobar-ne cap va ser una bona sorpresa que ens va permetre compartir experiències i passar un bon moment.

Vam anar a passejar pel salar de Uyuni, un dels llocs més curiosos pels que hem pedalat durant aquest viatge, vam plantar la tenda allà al mig i vam disfrutar de la nit més silenciosa de les nostres vides, sense grills, ni galls ni gossos. No va bufar el vent i només les nostre pròpies respiracions van acompanyar la blancor de la sal i la lluna, ressaltant encara més la sensació de irrealitat que aquell lloc desprèn.

En el camí de tornada a Uyuni vam conèixer el primer i únic ciclorutista espanyol que hem conegut en un any de viatge. Des de Uyuni vam tirar cap a la frontera Argentina mig en bici mig en bus, en l’ultim poble bolivià, vam per fi poder arreglar la roda del darrera de la Gaelle, que portava més de 400 kilòmetres amb una llanta esquerdada i ens feia partir a cada sotrac. Com tots els mecànics bolivians, el mecànic de Villazon, va quedar molt impressionat amb les nostres bicicletes i les historietes del nostre viatge, ens va arreglar la bici amb molt de carinyo, ens va donar 4 radis per si de cas en trencàvem algun, ens va cobrar un preu ridícul i no va voler acceptar cap propina.

Vam creuar la frontera i vam veure un cartell indicant “Cordova 968 km”, senyal inequívoca que el nostre viatge començava a acostar-se al final. A mida que ens allunyàvem de Bolívia les botigues i els restaurants es van anar poblant de productes cada vegada més variats, trobar un bon cafè o Internet va deixar de ser una odissea i evidentment els preus de tot plegat van augmentar drasticament.

La primera ciutat gran a la que vam arribar va ser Salta, i allà vam trobar el Jurgen, un alemany molt divertit que havíem conegut a Cuzco i la Lauren una noia americana que havíem conegut a Uyuni. Vam pedalar una setmana amb la Lauren entre Cachi i Cafayate, allà vam recuperar en Jurgen, que s’havia quedat enrere per uns problemes de salut i junts vam anar a visitar les bodegues de la zona i vam recórrer els últims quilòmetres del nostre viatge.

L’ultim dia de bicicleta va estar a l’altura de les circunstancies, vam pujar un coll de 3087 metres i des d’allà vam començar la baixada més llarga del nostre viatge. Dels cactus i les pedres vam baixar fins a trobar prats i vaques, vam seguir baixant i vam començar a trobar boscos cada vegada més esplendorosos, va començar a fer calor i quan al final vam arribar a una plana situada a 300 metres d’altura el bosc tropical és va convertir en plantacions de canya de sucre. Vam trobar un ciclista local que ens va indicar on podíem trobar un hotel, i un parell de quilòmetres abans d’arribar-hi un home amb una moto-carretó ens va parar i ens va convidar a un gelat.

A les 8 del vespre ja de nit vam sortir de l’hotel i els termòmetres marcaven encara 38 graus, ni aquella ni cap de les que han seguit hem tornat a dormir com cal. A San Miguel de Tucuman ens vam despedir dels nostres amics ciclistes i vam agafar un autobús fins a Cordoba on divendres agafem l’avió de tornada a Barcelona.

Es estrany, perquè durant aquest any ens hem acostumat a dormir en un lloc diferent cada dia, a no saber on serem ni que farem a una setmana vista, ens hem acostumat al sol, a la pluja, al vent i a passar el dia a l’aire lliure veient passar el paisatge. El canvi constant s’ha convertit en la nostra monotonia i la llibertar d’anar on volem quan volem en un acte reflex del que ni tant sols som conscients. El record de com vivíem abans de marxar s’ha difuminat i ha perdut realisme com un somni al despertar. El que havia estat un somni, s’ha convertit en la nostra realitat i el retorn a Barcelona sembla ara més irreal que qualsevol somni.

Però tot i que no ens en haguem fet la idea, tot el que te un principi ha de tenir un final, i aquest viatge no serà una excepció, així que aprofitarem aquest ultim post per a donar les gràcies a tots els que ens han seguit a traves d’aquest blog, i a tots els que de tant en tant hi heu deixat algun missatge. Tot i que no sempre hem respost els vostres missatges sempre ens han fet il·lusió.

Gràcies evidentment a les nostres famílies, que de tant en tant s’han preocupat per a nosaltres o ens han trobat a faltar i que ens han ajudat sempre que ho hem necessitat.

I finalment, gràcies molt especialment a tots els que han acollit a casa seva la parella de ciclistes bruts i cansats que hem estat durant un any i que han contribuït a fer d’aquest viatge una experiència inoblidable. Gràcies doncs a :
Jeff a Sydney, Peter a Kuri Kuri (Australie), Helen i Frank a Pillar Valley (Australie), Maggie i Ed à Grand Junction (USA), OB a Paonia (USA), The Dallas Family a Carbondale (USA), Peter i Erin à Leadville (USA), The Shelly Family a Frisco (USA), Katie i Mark a Granby (USA), Stef i Wes a Jackson (USA), Sara i Larson a Helena (USA), Susie i Greg a Libby (USA), Jeff a Priest River (USA), Paul i Jacque à Winthrop (USA), Dian and Steve a Anacortes (USA), Frances a Anacortes(USA), The Madenwald Family a Seattle (USA), Fanny i Robert a Vancouver, Jacky i Warren a Horizon Farm (Vancouver Island) i Ciro, Cande i Matias a Cordoba (Argentina).

Hope we will meet again some day.

Après Potosi, nous avons pédalé jusqu’à Uyuni où nous avons trouvé une vingtaine de cyclistes, certains que nous connaissions déjà, d’autres dont on savait qu’ils étaient dans les parages et d’autres dont on ignorait l’existence. Après un mois sans avoir croisé un collègue de route, cela nous a fait une bonne surprise, permis d’échanger nos anecdotes et de passer un bon moment.

Nous sommes allés faire un tour au Salar d’Uyunu, un des lieux les plus curieux où nous avons pédalé pendant ce voyage. On a planté la tente au milieu de cette étendue de sel et nous avons passé la nuit la plus silencieuse de nos vies. Pas un souffle de vent, juste nos respirations. Un lieu irréel qui nous a permis de faire quelques photos surréalistes et sans montage s’il vous plaît.

Le lendemain nous sommes retournés au village d’Uyuni et en chemin nous avons rencontré le premier et l’unique cyclotouriste espagnol croisé pendant le voyage. D’uyuni nous nous sommes dirigés vers la frontière avec l’Argentine en bus puis sur les vélos. Au dernier village bolivien nous avons pu changé enfin ma roue qui a tenu plus de 400 km avec une jante fendue. Comme tous les mécanos boliviens, celui de Villazón fut très impressionné par nos vélo et par notre parcours, il nous a réparé la roue à la perfection, nous a donné quatre rayons de rechange, nous a demandé un prix modique et n’a pas voulu accepté de pourboires.

Nous avons croisé la frontière le 10 novembre et nous avons vu un panneau indiquant “Cordoba 968 km”. Notre voyage commençait à toucher sa fin. Au fur et à mesure que nous nous sommes éloignés de la Bolivie les magasins et les restaurants se sont remplis de produits de plus en plus variés, trouver un bon café ou internet n’était plus une aventure et évidemment les prix ont commencé à augmenter drastiquement.

La première grande ville où nous sommes arrivés était Salta. Là, nous avons retrouvé Jurgen, un cycliste allemand bien drôle que nous avions connu au Pérou et Lauren, une cyliste américaine rencontrée à Uyuni. Nous avons pédalé avec Lauren pendant quelques jours entre Cachi et Cafayate où nous avons récupéré Jurgen, parti plus tard en raison de problèmes de santé. Ensemble, nous avons visité les caves de la région et nous avons pédalé les derniers kilomètres de notre voyage.

Le dernier jour de vélo fut à la hauteur des circonstances. Nous avons monté un col à plus de 3000 mètres et de là nous avons eu droit à la descente la plus longue du voyage. Des pierres et cactus, nous sommes descendus aux prés à vaches, puis à des forêts de plus en plus vertes, nous avons retrouvé la chaleur et quand nous sommes arrivés à 300 mètres d’altitude la forêt tropicale s’est transformée en champs de cannes à sucre. Avant d’arriver à destination, un homme sur sa mobylette transportant une immense glacière nous a offert à chacun une glace plus que bienvenue car il faisait presque 40 degrés.

A San Miguel de Tucuman, nous avons dit aurevoir à nos amis cyclistes (qui continuent jusqu’à Ushuaia) et nous avons pris un bus pour nous rendre à Cordoba où nous prendrons l’avion vendredi direction Barcelone après 13 mois de voyage et avoir pédalé 15.370 km.

Durant cette année nous nous sommes habitués à dormir chaque nuit dans des lieux différents, à ne pas savoir où nous serons la semaine d’après, nous nous sommes habitués au soleil, à la pluie, au vent et à être chaque jour à l’air libre scrutant les paysages défilés. Nous nous sommes habitués au changement constant et à une forme de liberté dont nous ne sommes pas vraiment conscients. Les souvenirs de notre vie quotidienne d’avant le voyage sont devenus de plus en plus diffus et ont perdu de leur réalisme comme un rêve au réveil. Ce qui avait été un rêve s’est transformé en notre réalité et le retour à ce qui fut notre réalité est aujourd’hui plus irréel que n’importe quel rêve. Mais tout ce qui a un début à également une fin et ce voyage n’est pas une exception.

C’était le paragraphe philosophique de cet ultime billet. Pour finir, nous aimerions remercier quelques personnes.

Tout d’abord, un grand merci à nos deux familles qui nous ont encouragés à faire ce voyage malgré leurs inquiétudes. Merci de nous avoir soutenus, donner des nouvelles, nous suivre au jour le jour sur vos cartes, parler de la pluie et du beau temps, d’avoir encaissé le fait que nous repoussions un peu notre retour. Nous sommes impatients de vous revoir.

Nous remercions également tous nos amis d’Espagne et de France, vos petits messages nous ont bien fait toujours plaisir et nous avons hâte de trinquer avec vous.

Un grand merci à tous les gens qui nous ont accueillis chez eux à bras ouverts. Vous avez accepté chez vous deux cyclistes sales et fatigués. Vous avez grandement contribué à ce que ce voyage reste inoubliable. Thank you so much for your hospitality : Jeff à Sydney, Peter à Kuri Kuri (Australie), Helen et Frank a Pillar Valley (Australie), Maggie et Ed à Grand Junction (USA), OB à Paonia (USA), The Dallas Family à Carbondale (USA), Peter et Erin à Leadville (USA), The Shelly Family à Frisco (USA), Katie et Mark à Granby (USA), Stef et Wes à Jackson (USA), Sara et Larson à Helena (USA), Susie et Greg à Libby (USA), Jeff à Priest River (USA), Paul et Jacque à Winthrop (USA), Dian and Steve à Anacortes (USA), Frances à Anacortes(USA), The Madenwald Family à Seattle (USA), Fanny et Robert à Vancouver, Jacky et Warren à Horizon Farm (Vancouver Island) et Ciro, Cande et Matias à Cordoba (Argentina).

Nous remercions nos sponsors, ah ben non on n’en a pas et c’était bien mieux comme ça car nous avons pu changer du jour au lendemain le parcours qui était prévu.

Merci enfin à tous ceux qui nous ont suivi sur ce blog et ceux qui nous ont écrit (désolé de ne pas avoir répondu à tous les messages), on espère que vous avez apprécié nos histoires et nos photos, à bientôt.

Paris – Roubaix

Français / Català

De la Paz vam agafar un bus fins a Cochabamba, una ciutat que ens va semblar molt més moderna que la Paz  i  en la que  vam passar un parell de dies abans de pujar de nou a les bicicletes i dirigir-nos cap a Sucre.

Els dos primers dies van ser tranquilets, carretera asfaltada, hostals més que correctes,  l’única anècdota va ser que la carretera estava tallada, pel que vam entendre tenien un conflicte territorial entre dues regions veïnes, i com és tradició en aquest país, a la primera de canto tiren uns quants arbres i unes quantes pedres a la carretera i allà no passa ningú fins que s’arriba a una solució. Després d’ avançar un parell de quilòmetres entra camions parats, vam arribar al lloc on havien tallat el pas, vam baixar de la bici, vam passar pel costat dels arbres intentant no cridar l’atenció del grupet de gent que discutien acaloradament per allà aprop i passats els obstacles vam tornar a pujar a la bici sense que ningú sembles molestar-se. Després d’això vam tenir la carretera per a nosaltres sols durant uns quants quilòmetres.

El segon dia a la tarda, abans d’arribar a Totora vam començar a veure bicicletes. Cotxes amb piles de bicicletes al damunt, motos portant bicicletes furgonetes portant moooltes bicicletes, i alguns ciclistes. Tots en direcció contraria a la nostra. Vam començar a pensar que hi havia alguna mena de cursa o alguna cosa així, però les bicicletes que veiem passar estaven més dins la categoria de ferralla atrotinada que dins la categoria de bicicleta de carreres, així que vam continuar intrigats fins que vam arribar al poble i ens vam trobar rodejats de ciclistes amb dorsal però amb poca pinta de ciclista que després d’aplaudir-nos i entre crits de, “por cuanto nos vendes tu bici”, ens van explicar que efectivament hi havia una carrera, que aquell havia estat el primer dia però que en total eren 3 dies i que eren uns 450 participants.

L’hotel municipal estava ple, per sort  Totora és un poble amb encant on de tant en tant  s’hi deu parar algun turista i hi havia un segon hotel on si que tenien lloc. A Totora s’acabava la carretera asfaltada i començava una mena d’empedrat, així que l’endemà ens esperava un dia de sotracs i mal al cul. Vam sortir cap allà a les 8 i vam començar a pedalar tot travessant el poble, per tot arreu hi havien espectadors que transistor en ma esperaven l’arribada de la cursa que havia començat a la mateixa hora que nosaltres i que ens animaven i ens cridaven “venga venga que van los primeros” . Al final quan semblava que ja havien d’arribar els corredors vam aparcar les bicicletes i ens vam unir als espectadors.

Les nostres bicicletes no són gran cosa comparades amb les que porten la majoria de cicloturistes que hem creuat, però quan vam veure arribar els corredors bolivians amb les seves bicicletes de ferro, la majoria sense canvi de marxes ni suspensions, pujant la pujada de llambordes drets i tirant del manillar amb totes les seves forces no vam poder evitar sentir una barreja de compassió, culpabilitat i admiració.  Alguns portaven pantalons de ciclista, però la majoria anaven simplement amb les bermudes i les bambes de jugar a futbol, i els més desafortunats, anaven directament amb les sandàlies fetes de pneumàtic. Ningú portava casc, ni guants, pocs portaven bidó per l’aigua ni semblaven portar res per a menjar a part d’una bola de fulles de coca sota la galta. Pensar que estaven fent uns 100 km al dia per carreteres de llambordes en aquelles condicions ens va emocionar i ens va fer pensar que aquella cursa era probablement lo més semblant als mítics tours de principis  de segle XX que es pot trobar avui en dia.

Es curiós, però el contrast entre ens ciclistes amateurs bolivians i els seus homòlegs americans col.leccionadors de bicicletes caríssimes que en moltes ocasions no surten del garatge més d’un parell de vegades l’any ens va fer sentir les desigualtats del nostre mon amb força que no pas la “pobresa” que veiem cada dia des de les nostres bicicletes.

Vam trigar 7 hores per fer els 65 km fins al següent poble (el doble que els ciclistes bolivians),  i tot i lo dur de l’etapa vas ser probablement el millor dia entre Cochabamba i Sucre, i es que a més d’un paisatge espectacular, vam tenir l’ocasió de presenciar un fet excepcional. A Canada en Warren ja ens havia explicat que en el regne animal no era estrany trobar individus amb tendències homosexuals, i que més d’un granger havia tingut un disgust després de comprar un mascle reproductor a l’altre punta del món i descobrir que a l’hora de la veritat aquest no mostrava el mes petit interès en les femelles del ramat. El que no sospitàvem és que aquesta mena d’atracció entre animals del mateix sexe també es podia donar entre animals d’especies diferents. D’aquí la nostra sorpresa quan vam veure una truja intentant muntar una somera.

L’escena no va durar gaire, ja que la somera no semblava compartir l’interès de la truja i li va acaba etzibant una coça, però nosaltres vam riure una bona estona.

A Sucre ens hi vam quedar tres dies, el primer el vam passar a l’hospital intentant descobrir sense èxit d’on venien les nostres diarrees,  el segon vam netejar i arreglar les bicicletes, que després de 100 km d’empedrat i molta pols començaven a necessitar una mica de carinyo i el tercer finalment vam poder anar a fer una mica el turista.

Per cert si algú mai necessita un bon mecànic de bicicletes a Sucre, un tal Cleni Zanabria al carrer R.Jaimes Freyre nº 50 ens va semblar molt competent.

De Sucre a Potosi vam agafat el bus i ahir al mati vam anar a visitar les famoses mines de Potosí. Les mines són de l’estat i els 10.000 miners que hi treballen s’organitzen en cooperatives per a explotar-les. Per uns 5 euros vam contractar un tour que hagués estat prohibit a qualsevol pais minimament desenvolupat, i que ens va portar a visitar una galeria en actiu on després de caminar un parell de quilòmetres i baixar a un pou de uns 100 metres per unes escales de fusta vam poder veure com els miners posaven la dinamita. Vam haver de pujar a córrer cuita ja que estaven a punt d’engegar la metxa. Tot plegat plegat semblava bastant precari, però segons ens va explicar el guia del 15 accidents mortals que hi ha cada any la majoria són deguts a que els miners s’emborratxen una mica massa i cauen en algun pou. Tenint en compte que hi ha una superstició que diu que menjar dins la mina porta mala sort, i una altre que diu que com més pur sigui l’alcohol que es beu, més pur es el mineral que es trobara i que en conceqüencia l’únic alcohol que beuen els miners és alcohol de canya de 96 graus, 15 morts per any sembla quasi un miracle.

A la tarda vam anar a visitar la casa de la moneda. No hi havia caigut mai, però les primeres premses que es van construir es van utilitzar per encunyar moneda.

Avui ha plogut, esperem que demà faci mes bo i puguem pujar a les bicis i anar cap a Uyuni.

De l’impressionnante ville de La Paz, nous avons pris le bus pour Cochabamba, une ville qui nous a semblé bien plus moderne que  La Paz et nous y avons passé deux jours avant de remonter sur les vélos et de nous diriger vers Sucre.

Les deux premiers jours ont été tranquilles, routes bitumées, hôtels plus que corrects, la seule anecdote a été que la route était coupée. D’après ce que l’on a compris il y avait un conflit territorial entre deux régions voisines et comme c’est une “tradition” dans ce pays, ils coupent la circulation avec des arbres, des pierres et autres morceaux de verre jusqu’à ce que le conflit se solutionne. Nous sommes donc descendus des vélos et nous sommes passés à côté du barrage en essayant de ne pas attirer l’attention. Une fois passé l’obstacle sans problème, nous sommes remontés sur les vélos et nous avons eu droit à la route rien que pour nous !

Le deuxième jour, avant d’arriver à Totora, nous avons commencé à voir des  vélos. Des voitures avec sur leurs toits des vélos, des motos portant des vélos et des vans avec beaucoup de vélos. Tous en direction contraire à la nôtre. Nous avons donc pensé qu’il y avait une sorte de course cycliste mais les vélos étaient de bien pauvre constitution et ne ressemblaient en rien à des vélos de route. Nous avons poursuivi notre chemin intrigués jusqu’à ce que l’on arrive au village où des centaines de cyclistes étaient présents avec leurs dossards et après quelques applaudissements à notre encontre et des “à combien tu me vends ton vélo ?”, ils nous ont expliqué qu’il s’agissait bel et bien d’une course cycliste et qu’il finissait aujourd’hui leur première étape (la course en compte 3) et qu’il y avait 450 participants.

L’hôtel municipal était plein, heureusement Totora est un village charmant où s’arrêtent de temps en temps des touristes, il y avait un second hôtel qui pouvait nous offrir une chambre. La route bitumée s’arrête à Totora et commence ici le Paris-Roubaix de Bolivie, une route de pavés d’une centaine de kilomètres, donc le lendemain nous attendait une journée bien secouée et de mal aux fesses. Nous avons quitté Totora vers 8h et traversant le village sur nos montures, nous avons été surpris par des spectateurs, transistors à la main, qui attendaient le passage des coureurs (les vrais) et qui nous criaient “allez allez vous êtes les premiers !”.  Voyant que les coureurs allaient bientôt arriver, nous nous sommes arrêtés et nous nous sommes unis aux spectateurs pour encourager le peloton.

Nos vélos ne sont pas très bons comparés à la majorité des cyclotouristes que nous croisons. Mais quand nous avons vu passer les coureurs boliviens avec leurs vélos en fer, la plupart sans changement de vitesses ni suspension, montant debout et tirant sur leurs guidons de toutes leurs forces, nous avons ressenti un mélange de compassion, de culpabilité et d’admiration. Certains portaient des pantalons cyclistes mais la plupart allaient simplement vêtus d’une tenue de foot et les plus malchanceux avec de simples sandales. Personne ne portait de casque, ni gants, peu avait un bidon d’eau et tous avaient une boule de feuilles de coca coincée dans la joue (qui a pour but, entre autres, de couper la faim).

C’est curieux, mais le contraste entre ces cyclistes amateurs boliviens et leurs homologues américains collectionneurs de vélos ultra chers (qui ne sortent du garage que deux fois par an), nous a fait ressentir les inégalités de notre monde bien plus que la “pauvreté” que nous voyons quotidiennement depuis nos vélos.

Ce jour-là nous avons mis 7 heures pour faire les 70 km de pavés qui nous séparaient d’Aquile. L’étape a donc été bien difficile mais certainement la plus belle entre Cochabamba et Sucre. En plus d’un paysage spectaculaire, nous avons observé un faitt exceptionnel. Au Canada, Warren nous avait expliqué qu’il n’était pas étrange dans le règne animal de trouver des individus avec des tendances homosexuelles, et que même un paysan avait eu le malheur d’avoir fait venir de très loin un bélier mais qui au final n’avait aucun intérêt pour les brebis. Ce que l’on ne savait pas, c’était que cette attraction entre animal du même sexe pouvait également exister entre espèce différente. Et là, notre surprise de voir une truie essayant de monter une mule.

La scène n’a pas duré longtemps car la mule ne semblait pas partager l’intérêt de la truie, mais nous avons ri un bon moment.

Nous sommes arrivés à Sucre, fatigués et nous y sommes restés trois jours. Le premier, nous l’avons passé à l’hôpital essayant de découvrir (sans succès) la raison de nos diarrhées. Le second, nous l’avons passé à nettoyer et réparer les vélos qui après 100 km de pavés avaient bien besoin de tendresse et d’attention. Enfin, le troisième jour nous avons pu nous balader dans Sucre, la ville blanche, et faire un peu les touristes.

Pour les cyclotouristes qui ont besoin d’un bon mécano à Sucre, il y a un “magasin” de vélo où Cleni Zanabria, calle R.Jaimes Freyre nº 50, nous a semblé très compétent, il nous a réparé un porte-bagages et nous a fourni de nouvelles pédales.

De Sucre à Potosi, nous avons pris le bus et hier matin nous sommes allés visiter les célèbres mines. Celles-ci appartiennent à l’Etat et les 10.000 mineurs qui y travaillent s’organisent en coopératives pour les exploiter. Pour 5 euros nous avons pris un “tour organisé” (qui aurait certainement été interdit dans d’autres pays), et nous sommes allés dans une galerie en activité où après avoir marché deux kilomètres et descendus une centaine de mètres à l’aide d’échelles en bois, nous avons pu voir comment les mineurs posaient la dynamite. Nous avons donc du remonter vite avant qu’ils allument la mèche. La sécurité nous a semblé bien précaire mais notre guide nous a dit que sur les 15 accidents mortels annuels, la majorité sont dus au fait que certains mineurs boivent trop d’alcool et tombent d’une échelle ou dans un puits … Une superstition dit que plus pur est l’alcool que tu bois plus pur sera le minerai que tu trouveras. En conséquence, l’alcool que boivent les mineurs est un alcool de canne à 96 degrés.

Aujourd’hui, jour de pluie à Potosi et il fait froid (nous sommes à presque 4000 m  d’altitude) on espère que demain le temps s’améliorera et que nous pourrons remonter sur nos fidèles montures direction le Salar d’Uyuni.

Titicaca

Français / Català

Vam arribar a Cabanacaonde, i vam anar a caminar 2 dies pel segon canó més profund del mon, que és gran però tampoc tant espectacular com podria semblar. O això ens va semblar a nosaltres. Vam creuar gent per allà que semblaven trobar-lo molt impressionant. De fet ens passa sovint de trobar els llocs que visitem menys espectaculars del que semblen trobar-los els altres turistes, i no sabem si es que ells exageren o som nosaltres que ens estem tornant insensibles. En qualsevol cas després de caminar 2 dies teníem tantes agulletes que vam agafar l’autobus fins a Arequipa i ens hi vam quedar 3 dies abans de decidir-nos a tornar a agafar les bicicletes.

D’Arequipa a Puno,vam agafar la carretera principal, vam creuar un parell de volcans, unes desenes de bicuñas, 7 ciclistes i uns quants milers de camions que sense excepció ens saludaven a cop de clàxon. Tot i que per l’asfalt avancem molt més ràpid que per les pistes vam trigar 4 dies, i pels camioners que fan el trajecte dia si dia també suposo que vam acabar convertint-nos en uns habitants més de l’ecosistema carreteril, al final acompanyaven el clàxon del saludo típic del gremi i quasi que els vam acabar  agafar carinyo.

Vam arribar a Puno acompanyats d’una petita pluja, el dia era gris i trist, l’hotel que ens havien recomanat estava tancat, l’hotel del costat del que ens havien recomanat estava tancat i a l’hotel que vam troba obert ens van fer un descompte de mes del 50% sense que demanéssim res. Ens vam adonar que havia arribat l’octubre, els turistes havien practicament desaparegut i començava l’època de pluges.

Els cambrers dels restaurants turístics, ens descobrien en mig de la multitud peruana a centenars de metres de distancia i a falta de altres víctimes a qui abordar ens perseguien insistentment indiferents al fet que no tenim per costum dinar o sopar més d’una vegada al dia.

Vam anar a immigració a segellar els passaport, la frontera de Bolivia al nord del llac Titicaca no té oficina de immigració, i la de Puno és la més propera. Ens van posar un segell de sortida per cinc dies mes tard i nosaltres ens vam comprometre a creuar la frontera el dia que tocava pel lloc acordat.

El dia que vam sortir de Puno semblava que faria bo, però es va anar tapan, i cap al migdia feia fred, vent i semblava que el cel ens cauria al damunt d’un moment a l’altre així que quan vam passa pel costat d’un poblet (2 cases) on sabíem que hi havia allotjament, no ens ho vam pensar gaire i vam decidir quedar-nos-hi.

L’allotjament no era un clàssic hostal o hospedaje sinó el que aquí en diuen turismo vivencial. Una família que te unes quantes habitacions on acullen turistes i a canvi d’un preu lleugerament per a sobre del d’un hostal bàsic et fan participar de la vida familiar o comunal o que se jo. No era la primera vegada que dormíem en un d’aquests llocs, però aquesta vegada em va semblar depriment. L’habitació era molt cutre, la dutxa no anava el lavabo guarríssim i la part de la casa no dedicada als turistes era un abocador d’escombraries. A l’hora de sopar la senyora es va vestir amb el vestit tradicional, va sopar amb nosaltres i acabat el sopar es va oferir a fer-nos uns demostració de danses tradicionals que vam refusar. Jo no em trobava gaire bé i segurament no estava d’humor per a intercanvis culturals aquell dia, però el cas és que tot plegat em va resultar forçat i una mica depriment.

L’endemà vam seguir una pista que vorejava el llac, les vistes eren espectaculars, i si no fos perquè tenia jo uns problemes intestinals que m’obligaven a saltar darrera una pedra o un arbust cada pocs quilòmetres, hauria estar un dia memorable.

Al poble on vam parar era festa major, i al principi ens va fer gracià, quan a partir de les 2 de la matinada tots els borratxos dels pobles del voltant que s’havien quedat tirats sense transport ni pasta van començar a venir a l’hostal per a veure si els deixaven dormir allà de gràtis, ens va semblar molt menys divertit.

Pel que vam poder veure octubre no només es el mes on comença l’època de pluges, també és l’època on al Perú se celebren coses, o això o aquesta gent no treballen gaire, perquè la meitat dels pobles pels que vam passar mentre rodejàvem el llac estaven de festa. Entra això, una gent super amables i un paisatge força bonic, el nord del llac Titicaca va resultar una de les nostres pedalades preferides des de que vam arribar aquí a sud Amèrica. Només vam trobar a faltar una cosa, i és que durant els 6 dies de travessa entra Puno i La Paz només en un hotel hi havia aigua corrent i dutxa (freda), en la resta, el tema sanitaris era mes que precari. Per compensar aquí a la Paz ens hem buscat un hotel de tres estrelles, que no és extraordinari, però comparat amb el que hem vist i el que probablement veurem, ens sembla meravellós.


Résumé des dernières semaines. Nous avons rejoint Cabanaconde et nous avons marché pendant deux jours dans le deuxième canyon le plus profond du monde, le canyon de Colca, qui en effet est bien grand mais pas aussi spectaculaire que l’on espérait. Nous avons croisé d’autres touristes qui eux le trouvaient très impressionnant. Cela nous arrive de trouver les endroits que nous visitons moins spectaculaires que les autres touristes et nous ne savons pas si c’est eux qui exagèrent ou bien nous qui sommes devenus exigeants et parfois “insensibles” quant à la beauté des paysages. Après ces deux jours de marche nous avions tellement de courbatures que nous avons pris un bus pour Arequipa où nous sommes restés trois jours avant de reprendre les vélos.

D’Arequipa à Puno, nous avons pris la route principale où nous avons pu admirer des volcans, des dizaines de vicuñas (sorte de lamas sauvages), 7 autres cyclistes et des centaines de camions qui sans exception nous ont salué à grand coup de klaxon. Bien que nous avançons plus rapidement sur le bitume que sur les pistes, nous avons mis 4 jours pour rejoindre Puno. Pour les camioneurs qui font ce trajet quotidiennement, nous nous sommes convertis en de nouveaux compagnons de route.

Nous sommes arrivés à Puno, ville située au bord du Titicaca, accompagnés d’une légère pluie. La journée était grise, l’hôtel qu’on nous avait recommandé était fermé et celui qu’on a trouvé nous a fait une réduction de 50% sans même qu’on le demande. Nous nous sommes rendus compte qu’on était déjà au mois d’Octobre, que les touristes se faisaient maintenant rares et que la saison des pluies allait bientôt commencer.

Les serveurs des restaurants touristiques nous accostaient au milieu de la foule péruvienne, nous voyant arrivés à une centaine de mettre et faute d’autres victimes à aborder, ils nous persécutaient gentillement indifférents au fait que nous ne pouvons manger que trois fois par jours.
Nous sommes allés au bureau des migrations pour faire tamponner les passeports pour notre sortie du Pérou. La frontière avec la Bolivie au nord du Titicaca n’a pas de poste de migration et celle de Puno est la plus proche. Nous avons donc obtenu un tampon de sortie avec comme date le 12 octobre soit cinq jours plus tard.

Le jour où nous avons quitté Puno le temps était au beau fixe mais le ciel s’est rapidement couvert, à midi il faisait déjà froid, le vent nous ralentissait et le ciel semblait bientôt nous tomber sur la tête. Nous nous sommes donc arrêtés près d’un village (2 maisons) où nous savions qu’il y avait un hébergement au bord du lac Titicaca. L’hébergement en question n’était pas un petit hôtel classique mais une chambre chez l’habitant, chez une famille qui possède quelques chambres pour accueillir des touristes et en échange d’un prix un peu plus supérieur qu’un petit hôtel, la famille te fait participer à sa vie quotidienne. Bon, cette fois-ci, la chambre était très “rustique”, la douche ne fonctionnait pas, les toilettes étaient répugnants et la partie de la maison qui n’est pas consacrée aux touristes était plus que sale et la cour ressemblait à une décharge. A l’heure du diner, la dame qui nous accueillait s’est vêtue du costume traditionnel, elle a mangé avec nous puis nous a proposé une démonstration de danse traditionnelle que nous avons refusé. Pau était un peu nauséeux et pas d’humeur à un échange culturel qui nous a semblé forcé et un peu déprimant.

Le lendemain nous avons suivi une piste le long du lac, les vues étaient spectaculaires, et si Pau n’avait pas eu des problèmes intestinaux qui l’obligeaient à sauter du vélo pour se cacher derrière une pierre ou un arbre tous les kilomètres, ce jour aurait été parfait.

Nous nous sommes arrêtés dans un village en fête, ce qui au début nous a enchanté. Mais nous avons été moins contents quand vers deux heures du mat, tous les gars saouls des villages alentours, qui ne pouvaient pas rentrer chez eux, sont venus frappés lourdement sur la porte métallique de l’hôtel.

Octobre, n’est pas seulement le mois où commence la saison des pluies mais c’est aussi une époque festive au Pérou car la moitié des villages par lesquels nous sommes passés au bord du lac étaient en fête. Ajoutez à cela des habitants très sympas et des paysages superbes, le nord du lac Titicaca a été un de nos endroit préférés depuis que nous sommes arrivés en Amérique du Sud. Une seule chose nous a manqué pendant ces 6 jours de vélo entre Puno et La Paz, seulement un hôtel avait l’eau courante et un douche (froide), dans les autres hôtels où nous avons dormi, la “salle de bain” était plus que précaire. Pour compenser ces jours de saleté, nous sommes logés à La Paz dans un hôtel trois étoiles, comparé aux endroits où nous avons dormi récemment c’est un palace.

La doble línia – La double ligne

Français / Catal

Després de la visita de rigor al Machu Pichu vam tornar a Ollantaytambo on teníem les bicicletes, i d’allà pedalant cap a Cusco. En el Camí de tornada vam passar per unes salinas i pel costat d’un llac on uns campesinos que estaven llaurant ens van convidar a beure la chicha, beguda suposadament alcohòlica feta a base de blat de moro fermentat que recorda lleugerament al kefir. La chicha és clar l’havien fet ells i provenia d’unes garrafes d’aspecte més que dubtós que de segur no haguessin passat el mes mínim control sanitari. Tot i les nostres reticències hem d’admetre però que un parell de gots de chicha no van semblar empitjorar el nostre precari equilibri intestinal.

Per cert, un consell per a tots els viatgers que tinguin previst visitar el Perú, quan aneu als restaurants i demaneu un menú normalment us portaran un te. Ni provar-lo. El te el fan amb aigua de l’aixeta que rarament deixaran bullir els 3 minuts de reglamentaris. Nosaltres des de que hem deixat de beure els tes que ens porten ens trobem molt millor.

De tornada a Cusco i després d’estudiar el mapa detalladament vam decidir que en comptes d’anar directament a Puno com fan la majoria dels ciclistes, aniríem primer cap a Arequipa, qüestió d’allargar un parell de setmanes la nostra estada al Perú i d’evitar el trànsit de les carreteres principals.

Cap dels ciclistes que havíem conegut havia passat per on nosaltres volíem passar, així que no sabíem ben bé que ens trobaríem, però en el nostre mapa escala 1:1.000.000 la nostra ruta seguia unes carreteres marcades amb una reconfortant doble línia que no podia indicar altre cosa que tranquil·les i agradables carreteres secundaries.

El primer dia vam seguir una carretera important, els segon dia vam estar contents quan ens vam desviar, vam deixar tot el tràfic i vam comprovar que efectivament la nostra doble línia era una carretera tranquil·la i asfaltada. El tercer dia la mateixa doble línia es va convertir en una pista per la que no passava practicament ningú i que a mes pujava. El paisatge era però grandiós la pujada era molt gradual i el bon temps acompanyava, així que ens ho vam prendre amb calma i al cap de 4 hores i 30 quilòmetres vam passar un collet a 4400 metres a partir del qual una baixada suau ens va portar fins al següent poble.

El quart dia la carretera va tornar a ser asfaltada i tranquil·la i ens va portar fins a un poble important on vam poder passar la tarda admirant la varietat de formes i colors dels barrets que porten els peruans mentre ells admiraven amb no menys interès la parella d’extranys gringos que aquella tarda passejaven pel poble.

El cinquè dia vam sortir del poble i al cap de tres quilòmetres vam agafar un trencall i de l’asfalt vam passar a una pista horrible per on no deixaven de passar busos i furgonetes. Pedalar a 4000 metres per una pista dolenta no és fàcil, si a això i afegeixes un no parar de tràfic que et passa sense afluixar i t’obliga a apartar-te a la cuneta cada dos per tres tot tirant pols i fum que no pots evitar respirar perquè a 4000 metres lo de aguantar la respiració és impossible, l’experiencia es converteix en un calvari que en el nostre cas va durar no menys de vint quilòmetres. Al final va resultar que aquell dia era “El dia del Estudiante”, i que tots els busos i furgonetes que ens passaven portaven els estudiants dels pobles del voltant a unes ruïnes que hi havia en el nostre camí en una mena d’excursió col.lectiva. Una vegada vam deixar enrere les ruïnes, el tràfic va desaparèixer i vam poder apreciar l’increïble engorjat pel qual passava la nostra pista.

Quan cap a les 3 de la tarda vam deixar l’engorjat, estàvem ja bastant cansats i hauríem estat contents d’acabar la nostra jornada, però no hi havia cap poble i motivats per la idea d’una dutxa i un llit a cobert vam decidir continuar fins al següent poble. La pista que fins aleshores havia planejat seguint el riu es va començar a enfilar i ens va portar fina a un coll a 4500. A l’altre banda del coll el cel estava tapat, es veien turmentes descarregant sobre la vall que ens esperava davant nostra i feia fred, eren les quatre i mitja i el gps ens indicava que el poble estava encara a 13 quilòmetres.

Si la pista de pujada al coll havia estat dolenta la pista de baixada va degenerar ràpidament i mes que una pista semblava el fons pedregós d’una riera. Va començar a nevar, ens va rodejar la boira, nosaltres mig congelats intentàvem sense gaire èxit avançar el mes ràpid possible, la Gaëlle va caure 3 o 4 vegades jo no em sentia ni les mans ni els peus, i a les cinc i mitja quan ja només quedava mitja hora abans que es fes fosc es va fer evident que no arribaríem a cap poble, així que vam buscar un lloc pla vam muntar la tenda, vam menjar un troç de pa amb formatge, ens vam posar dins dels sacs amb tota la roba d’abric que teníem, ens vam acurrucar l’un contra l’altre i ens vam adormir amb els peus encara freds.

L’endemà quan ens vam despertar la tenda estava gelada tant per dins com per fora, però al cap d’una estona va sortir el sòl, va escampar la boira i a les 8 després de menjar les últimes provisions que ens quedaven vam tornar a pujar a les bicicletes i som-hi que no ha estat res.

Vam pujar, vam baixar, vam creuar una llacuna on vam veure tres flamencs, vam creuar un poblet on vam poder esmorzar i un segon poble on vam poder menjar calent, i mentre menjàvem el típic plat d’arròs amb patates i uns trocets de carn d’aquells que costen de trobar, el cel es va tornar a tapar i va començar a nevar.

Estàvem ja a 4400 metres i la carretera pujava i pujava, al final després d’una pujada que es va fer eterna i durant la qual va tornar a sortir el sol vam arribar a un coll a 4700. Pensàvem que ja només ens quedaria baixar, però la pista semblava no decidir-se i durant 10 kilòmetres va anar mig planejant de repatxo en repatxo, va tornar a nevar i quan per fi va començar la baixada de veritat la bateria de la càmera estava tant freda que no vaig poder fer fotos del que possiblement ha estat la baixada mes espectacular que hem fet fins al moment.

Al final de la baixada jo estava cansat, la Gaëlle estava al límit físic i psíquic de les seves forces. Vam trobar un lloc per dormir i no vam tenir forces ni per a sortir a sopar. L’endemà encara amb el trauma del fred passat vaig comprar-me uns guants i un gorro d’alpaca no fos cas que una altre turmenta de neu m’agafes desprevingut, però va fer sol i vam arribar sense contratemps a Chivay, un poblet turístic on estem descansant mentre estudiem el mapa tot desconfiant de les carreteres marcades amb doble línia vermella i blanca.

Français

Après l’incontournable visite du Machu Pichu, nous avons récupéré nos vélos à Ollantaytambo puis nous avons pédalé vers Cusco. Sur ce chemin nous sommes passés par des mines de sel et à côté d’un lac où des paysans nous ont invités à boire la chicha, une boisson légèrement alcoolisée à base de maïs fermenté qui rappelle un peu le képhir. Il était clair que la chicha dans son bidon en plastique n’avait pas passé les contrôles sanitaires, mais comment refuser ? et puis en fin de compte cette chicha n’a pas empiré notre précaire équilibre intestinal.

Au fait, un conseil pour les voyageurs qui ont prévu d’aller au Pérou, quand vous irez dans les petits restaurants et que vous demanderez un menu, normalement on vous emporte du thé. Ne pas le boire ! Le thé se fait avec l’eau du robinet à peine bouillie. Depuis qu’on a cessé de le boire, nous avons trouvé notre estomac en meilleure forme.

De retour à Cusco et après avoir étudié minutieusement la carte, nous avons décidé qu’au lieu d’aller directement à Puno comme la majorité des cyclistes, nous irions vers Arequipa, histoire de prolonger de deux semaines notre séjour au Pérou et d’éviter le trafic des routes principales.

Aucun des cyclistes que nous avons connu n’était passé par là. Donc nous ne savions pas à quoi nous attendre mais sur notre carte au 1.000.000 ème notre parcours allait suivre des routes marquées par une réconfortante double ligne rouge et blanche, ce qui ne pouvait signifier selon nous que de tranquilles et agréables routes secondaires.

Le premier jour, nous avons pédalé sur une route importante, le deuxième jour nous avons été contents de la quitter, nous avons laissé ainsi toute la circulation et nous avons agréablement vérifié que la double ligne sur notre carte signifiait bien la présence d’une route secondaire asphaltée. Le troisième jour, la même double ligne s’est convertie en une piste par laquelle peu de monde passait et qui en plus montait pas mal. Le paysage était grandiose, la montée progressive et le beau temps nous accompagnait. Donc nous avons été patients et au bout de 4 heures et seulement 30 km nous passions un col à 4400 mètres d’altitude à partir duquel une descente douce nous a porté jusqu’au prochain village.

Le quatrième jour, nous avons retrouvé une route bitumée et tranquille qui nous a mené jusqu’à un village important où nous avons pu admirer les chapeaux portés par les Péruviens pendant qu’eux admiraient avec autant d’intérêt les deux gringos qui se baladaient dans leur village.

Le cinquième jour, 3km après avoir quitté ce village, nous voilà sur une piste horrible et poussiéreuse où se succédaient bizarrement des trentaines de bus et mini vans. Pédaler à 4000 mètres sur une mauvaise piste n’est pas évident, si à cela s’ajoutent des bus qui ne ralentissent pas en te voyant, qui t’obligent à t’écarter tous les 100 mètres et qui t’envoient toute la poussière et leurs gaz d’échappement dans tes poumons (impossible de retenir sa respiration à cette altitude), l’expérience devient un calvaire qui durera dans notre cas une vingtaine de kilomètres. Questionnant un homme au bord de la route, nous avons compris qu’il s’agissait de la “journée de l’étudiant” et que tous les bus qui nous doublaient, transportaient des écoliers des villages alentours aux ruines incas situées plus loin sur notre chemin. Une fois passé les ruines, le trafic disparut et nous avons pu apprécier les petites gorges que notre piste suivait.

Vers trois heures de l’après-midi, nous étions déjà bien fatigués et nous aurions bien été contents de finir notre journée, mais il n’y avait aucun village et motivés à l’idée d’une douche et d’un lit au chaud nous avons décidé de continuer jusqu’au prochain village.

La piste qui jusque là suivait tranquillement la rivière a commencé à monter pour nous porter à un col à 4500m. De l’autre côté de ce col, le ciel était couvert, il était déjà 16h30, il faisait froid et le GPS nous indiquait 13 km avant de rejoindre le village. La piste pour monter au col était déjà mauvaise mais celle qui en descendait ressemblait à un lit de pierres. La neige a commencé à tomber, le brouillard à nous entourer, nous étions congelés et nous essayions sans grand succès d’avancer le plus rapidement possible. Je suis tombée trois ou quatre fois, Pau, lui, ne sentait plus ses mains ni ses pieds. A 17h30, alors qu’il ne reste plus qu’une demie heure avant la nuit, nous avons conclu qu’il était impossible d’arriver jusqu’au village et nous avons donc planté la tente au milieu de rien. Dîner rapide avec un morceau de fromage, puis nous  avons mis nos habits les plus chauds et vite on est rentré dans nos duvets bien serrés l’un contre l’autre.

Le lendemain, la tente était gelée à l’extérieur comme à l’intérieur, mais le soleil est réapparu rapidement et à 8h, après avoir mangé le reste de nos provisions nous sommes remontés sur nos vélos. Finalement, cette nuit n’a pas été si rude !

Nous sommes montés, descendus, avons croisé une lagune où nous avons vu trois flamants roses, mangé dans un premier village, puis déjeuner chaud dans un deuxième. Jamais la soupe et le plat typique de riz – pommes de terre ne m’avaient semblé aussi bon. Puis le ciel s’est de nouveau couvert et la neige s’est remise à tomber.

Nous étions déjà à 4400 mètres et la piste continuait à monter, monter. Finalement après une montée interminable durant laquelle le soleil est revenu, nous sommes arrivés à un nouveau col, situé à 4700 mètres. Nous pensions alors qu’il ne nous restait que de la descente, mais la piste en a décidé autrement et pendant 10 km nous avons eu droit à une succession de petites côtes. La neige en a remis une couche également. Et enfin, une descente spectaculaire que nous n’avons pas pu prendre en photo car la batterie de l’appareil avait pris un coup de froid. A la fin de cette descente, Pau était bien fatigué et moi complètement au bout de mes forces physiques et psychologiques.

Nous avons trouvé un endroit où nous doucher, dormir au chaud mais nous n’avons pas eu la force de sortir dîner. Le lendemain nous sommes arrivés à Chivay, un village touristique où nous nous reposons et étudions la carte en nous méfiant des doubles lignes rouges et blanches.

Welcome to Peru

Français / Catal

Ja som a Perú, després de 3 escales i una nit sense dormir vam arribar a Cusco amb totes les maletes i bicicletes. Després de passar aquests últims mesos viatjant per Països del primer mon, en els que la historia no té mes de 2 segles i on els pobles i ciutats son en general llocs inhòspits on un se sent fora de lloc si no va en cotxe, arribar a una ciutat com Cusco, plena d’edificis antics i bullici de gent per tots els racons, va ser un autentic plaer. Ens va sorprendre trobar una ciutat increïblement neta, amb un cente històric que recorda enormement els pobles del sud d’espanya i on els petits restaurants que abunden fora de la zona mes turística ofereixen per un o dos euros menús d’allò mes saludables.

Cusco està a 3400 metres i els seus carrers no son precisament plans. Després de passar les ultimes setmanes a nivell del mar recórrer aquesta ciutat va ser d’allò mes esgotador.

L’hostal la Estrellita, on ens vam allotjar, és el típic hostal d’amèrica llatina, habitacions molt bàsiques al voltant d’un pati interior, banys compartits i una família encantadora que viu allà mateix i s’encarrega de que tot estigui net i endreçat. La particularitat d’aquest hostal és que per algun motiu s’ha convertit en el punt de trobada de tots els ciclistes que passen per Cusco.

Des de que vam deixar Nova Zelanda havíem creuat pocs cicloturistes, la majoria viatjant per unes setmanes, cap viatjant per a més de mig any. A la Estrellita, en tres dies vam creuar no menys d’una dotzena de ciclistes, quasi tots viatjant des de fa mes d’un any i quasi tots sense feina, pis o data exacte de tornada. Vam acabar una mica saturats de tan ciclista, però ens vam sentir molt acompanyats en el nostre estat d’esperit i vam poder recopilar força informació sobre les carreteres i països que ens esperen.

Parlant amb els nostres companys ciclistes de les seves peripècies per sud Amèrica vam deduir que el perill mes gran al qual ens enfrontarem per aquestes terres, és el perill de posar-nos malalts. Giardia, bacteies intestinals , tiphus, a l’hora de sopar la conversa sovint va girar al voltant de les diferents malalties que cadascú havia anat arreplegant. Fins i tot vam tenir dret a unes quantes descripcions detallades dels símptomes que les acompanyen, la qual cosa haguéssim preferit estalviar-nos.

Després de 4 dies a Cusco ens vam sentir suficientmet aclimatats per pujar a les bicis i fer la nostra primera etapa sudamericana. Vam pujar un petit coll de 3800 metres i vam baixar fins a Pisac, un petit poble del “Valle Sagrado”, famós pel mercat i les ruïnes Incas que hi ha just al costat. Tot baixant cap a Pisac, em vaig adonar que la roda del darrera de la meva bicicleta estava completament torta, no li vaig donar molta importància i vaig decidir esperar a Pisac per a redreçar-la. Quina va ser la meva sorpresa quan al mirar-me la roda d’aprop vaig descobrir que la llanta estava completament feta malbé. Quatre radis estaven mig arrencats i dues esquerdes d’uns 3 centímetre eren més que evidents sobre la pista de fre. Evidentment el personal de terra d’algun dels aeroports pels que havíem passat durant el nostre viatge en avió no havia fet gaire cas de les enganchines aquelles de “fragil” que sempre m’esforço a posar sobre les caixes de les bicicletes i la meva estimada roda que tant m’havia costat construir estava ara inservible.

La Gaëlle i molta altre gent que hem coneix diuen sovint que no m’estresso mai. Concretament el que diu la Gaëlle és que l’estressa que no m’estressi. Jo crec que no m’estresso perquè tinc la sensació que amb un que s’estressi ja n’hi ha prou i com que ella sempre s’estressa primer, jo hem quedo amb el rol del que no s’estressa. Doncs bé, hi ha una excepció a la regla, hi ha una cosa que m’estressa enormement, molt més del que estressa a la Gaelle, i aquesta cosa son els problemes mecànics.

Aquesta vegada no només em vaig estressar, també em vaig enfadar amb mi mateix per no haver revisat bé la bicicleta abans de sortir de Cusco on arreglar la roda hagués estat molt més fàcil.

Vaig trucar a la botiga de bicis de Cuzco, la senyora amb qui vaig parlar no sabia si tenien llantes, ni de quin tipus ni res, era dissabte i fins dilluns ho hi hauria el mecànic, agafar dilluns un autobús cap a Cusco amb la roda i intentar canviar la llanta dilluns mateix volia dir que com a molt aviat dimarts podríem continuar.

L’altre opció, buscar una botiga de bicis a Pisac. En vam trobar dues, la primera tancada, a la segona el veí ens va dir que l’amo era a Cusco i tornaria a les 5. A les 5 estaven encara tancades les dues botigues, a les 5.30 tancades, a les 6 tancades i jo que ja em coneixia tots els carrers del poble de tant donar voltes, al final a les 6:15 a la primera de les dues vaig trobar una noia. La botiga, no era tal botiga sinó un petit taller d’uns 10 metres quadrats que portava l’entranyable nom de “Hospital de bicicletas”.

Vaig explicar a la noia el meu problema i em va dir que li portes la roda que tenia una llanta per a rodes de 36 radis com la meva i que no hi havia problema. Jo, veient la llanta li vaig dir que no funcionaria, que la meva llanta era d’un diàmetre diferent i que els meus radis eren massa llargs. Ella insistia que no hi havia problema, jo vaig recordar les hores que havia passar calculant la llargada exacte dels radis per a la meva antiga llanta i hem vaig dir que era impossible canviar la llanta sense canviar els radis, ella insistia i hem deia que posaria els radis d’una altre manera i que si que funcionaria. Al final em vaig dir que potser si no creia el que em deia era perquè era una noieta jove, hem vaig sentir culpable, vaig anar a buscar la roda i la hi vaig deixar tot quedant per recollir-la l’endemà a les 11.

L’endemà vam anar a visitar les ruïnes aviat al mati i a les 9:30 ja tornàvem a ser a l’hostal. A les 10, el taller estava tancat, a les 10:30 tancat, a les 11 tancat, a les 11:30 tancat. A les 12, per fi vaig trobar la noia que tot just començava a desmuntar la meva roda. Evidentment aquell dia no aniríem gaire lluny. A les 2:30 vaig recuperar la roda. No estava centrada i li faltava tensió, però per 10 euros entre llanta i mà d’obra vaig dir-me que no podia demanar gaire mes. Vaig passar més d’una hora ajustant la roda i els frens fins que tot plegat va semblar-me suficientment solid.

Ahir dilluns van sortir cap o Ollantaytambo tot seguint l’impresionant “Valle Sagrado” i la roda va aguantar sense cap problema, esperem que quan comencin les pistes puguem dir el mateix. Avui dimarts havíem d’agafar un autobús per anar a Auguas Calientes, poble des del que es visita el Machu Pichu, però tot i les precaucions que hem estat prenent, la Gaëlle està patint els primers problemes gastrointestinal i 4 hores tancats en un una furgoneta li semblen una mala idea, així que ens quedem un dia mes i aprofitem per escriure un post.

Ce post a été écrit et publié en catalan par Pau en début de la semaine. Malade, je n’avais pas eu le temps de le traduire… (turista quand tu nous tiens !). Depuis je vais mieux et nous avons pu monter au Machu Pichu.

Et voilà nous sommes arrivés au Pérou, à Cusco plus précisément. Nous y sommes arrivés après trois escales et une nuit sans dormir, fatigués mais avec tous nos bagages et les vélos. Après avoir voyagé ces derniers mois dans des pays occidentalisés et ultra modernes (et donc chers), arriver à Cusco et retrouver des rues pleines de monde et des bâtiments anciens a été un authentique plaisir. Nous avons été surpris par la propreté de la ville, un centre historique qui rappelle énormément le sud de l’Espagne et une quantité incroyable de petits restaurants où tu peux manger copieusement pour deux euros.

Cusco est à plus de 3400 m d’altitude et après avoir passé le dernier mois et demi au niveau de la mer, nous avions un peu de mal à monter dans les rues souvent pentues de la ville.

Le petit hôtel (Estrellita) où nous avons dormi est le typique hôtel d’Amérique latine, chambres simples, douches et toilettes partagées, une cour intérieure et une famille adorable qui s’en occupe. La particularité de cet hôtel est que c’est un lieu où s’arrêtent tous les cyclistes passant par Cusco. Depuis que nous avons quitté la Nouvelle Zélande, nous n’avons croisé que quelques “collègues” et ceux-ci voyageaient en général pour moins de 6 mois. Ici en moins de trois jours nous avons parlé avec plus d’une douzaine, tous voyageant pour une période plus longue que la nôtre, laissant également leur travail, leur appart, etc…  pour s’embarquer dans une aventure dont la fin est plus ou moins précise. Après les avoir interrogés sur leurs expériences sud américaines, nous avons découvert le danger ou le désagrément le plus important pour un cycliste : tomber malade. Giardia, parasites intestinaux, typhus (pas d’inquiétude nous sommes vaccinés), les conversations à l’heure du diner finissant souvent par une désagréable description de symptômes.

Après 4 jours à Cusco, on s’est senti suffisamment acclimatés pour monter sur nos vélos et faire notre première étape sud américaine. Nous avons monté un petit col à 3800 mètres puis nous sommes descendus jusqu’à Pisac, un village de la “Vallée Sacrée”, connu pour son marché et ses ruines incas. En descendant à Pisac, je me suis rendu compte que ma roue arrière était complètement tordue. En arrivant à Pisac, quelle mauvaise surprise quand j’ai découvert que la jante était cassée. Le personnel à terre d’un des aéroports par lesquels nous étions passés n’a pas du faire attention aux autocollants “fragile” que l’on met sur les boîtes des vélos et ma très chère roue que j’avais construit péniblement était maintenant inutilisable.

Gaëlle et d’autres personnes qui me connaissent, disent souvent que je ne me stresse jamais. Plus précisément, Gaëlle dit que ça la stresse que je ne sois pas stressé. Moi je crois que je ne me stresse pas car j’ai la sensation qu’avec un stressé c’est déjà suffisant et comme elle stresse la première, je me garde le rôle de l’homme calme et tranquille. Mais voilà, il y a une exception à la règle, il existe une chose qui me stresse énormément et qui ne préoccupe pas plus que ça Gaëlle, ce sont les problèmes mécaniques.

Cette fois-ci non seulement je me suis stressé mais je m’en suis également voulu de ne pas avoir  bien révisé mon vélo avant de quitter Cusco où réparer une roue est beaucoup plus facile.

J’ai appelé un magasin de vélos de Cusco, la dame avec qui j’ai parlé ne savait pas s’ils avaient des jantes, ni de quel type, c’était un samedi et le mécano ne reviendrait que le lundi, ce qui signifiait que nous ne pourrions repartir que le mardi.

Autre option, chercher un magasin de vélos à Pisac. J’en ai trouvé deux, le premier fermé, au second le voisin m’a dit que le propriétaire était à Cusco et ne reviendrait pas avant 17h. A 17h, les deux magasins étaient encore fermés , 17h30 fermés, 18h fermés et finalement à 18h15 le premier magasin ouvrait. Le magasin n’était pas tant un magasin mais plutôt un petit atelier de 10 mètres carrés portant le nom de la “clinique des bicyclettes”.

J’ai expliqué mon problème à la dame qui m’a demandé de lui emporter la roue car elle avait une jante pour roue à 36 rayons comme la mienne et qu’il n’y avait pas de problème. Moi, en voyant la jante je lui ai dit que cela ne fonctionnerait pas, que ma jante avait un diamètre différent et que mes rayons étaient trop larges. Elle insistait en disant qu’il n’y avait pas de problème, je me souvenais des heures que j’avais passé à calculer la largeur exacte des rayons pour mon ancienne jante et je me suis dit que c’était impossible de changer la jante sans changer les rayons. La dame insistait, me disant qu’elle mettrait les rayons d’une autre manière et que cela fonctionnerait. Finalement je me suis dit que si je ne croyais pas ce qu’elle me disait c’était parce qu’il s’agissait d’une jeune femme, je me suis senti coupable, je suis allé chercher ma roue, je lui ai laissé et nous avons convenu que je reviendrai la chercher le lendemain à 11h.

Le lendemain nous avons visité les ruines tôt le matin et à 9h30 nous étions de retour au village. A 10h la “clinique” était fermée, 10h30 fermée, 11h fermée, 11h30 fermée. A midi j’ai trouvé la dame qui commençait tout juste à démonter ma roue. C’était évident qu’on irait pas bien loin ce jour-là. A 14h30 j’ai récupéré la roue. Elle n’était pas centrée et peu tendue mais pour 10 euros pour la jante et la main d’œuvre je me suis dit que je ne pouvais pas demander plus. J’ai passé plus d’une heure à ajuster la roue et les freins jusqu’à ce que cela me semble suffisamment solide.

Le lendemain nous sommes allés jusqu’à Ollantaytambo suivant l’impressionnante Vallée Sacrée et la roue a tenu sans problème, on croise les doigts pour les prochains kilomètres de pistes.

Aujourd’hui mardi, on devait prendre le bus pour aller à Aguas Calientes, village au pied du Machu Pichu mais malgré les précautions que nous prenons, Gaëlle souffre des premiers problèmes intestinaux donc s’enfermer 4 heures dans un bus n’est pas la meilleure chose à faire, donc patience …

Rencontres

Français / Catal

Et oui le blog a pris quelques vacances ces derniers temps et on espère que vous aussi ! Nous voici maintenant à Vancouver sur le point de quitter l’Amérique du Nord pour le Pérou. Il nous reste encore un peu plus de trois mois pour découvrir et pédaler à travers l’Amérique du Sud.

Revenons un peu sur ces deux derniers mois. Nous avons parcouru environ 2000 km à  travers trois Etats américains le Montana, l’Idaho et Washington et un Etat Canadien, la Colombie Britannique.

Notre périple dans cette partie du monde n’a pas été très fort en aventures  : les routes sont bonnes et tranquilles, les ours se sont tenus à l’écart de notre tente, la nourriture est facile à trouver, les bières ne sont pas chères (surtout aux USA). Les paysages croisés sont certes beaux mais j’avoue m’en être lassée parfois (oh! elle crache dans la soupe alors qu’elle voyage!) et on se disait même que certains coins de chez nous étaient tout aussi beaux (et bien reste chez toi, vous me direz).

Ce qui nous a le plus marqué durant ces deux derniers mois ce sont nos rencontres, tous ces gens qui nous ont accueillis chez eux les bras ouverts, contents de rencontrer un couple de cyclistes pas lavés depuis deux jours.

Nous avons connu par hasard Susie aux portes d’une bibliothèque du Montana, elle nous a indiqué  où elle habitait, que l’on pouvait s’y rendre et s’installer, faire une lessive, prendre des douches, elle arriverait plus tard. Susie et Greg sont également cyclistes et grands fans du Tour de France, nous avons même pu regarder  une étape en leur compagnie. Et surtout avant de partir, ils nous ont indiqué la meilleure route pour rejoindre Seattle et les coordonnées de couples d’amis (également cyclistes) qui pourraient nous accueillir sur notre chemin.

Voilà comment nous avons également connu Paul et Jacque à Winthrop (Washington) qui nous ont emmené à un concert puis le lendemain dans les montagnes du Parc des Cascades puis Dian et Steve à Anacortes avec qui nous avons partagé de belles journées. Nous avons même été accueillis pour une nuit chez leur voisine Frances, qui n’est pourtant pas cycliste.

A Seattle, nous avons été accueillis par Marc et Tawny, que nous avions rencontré lors d’un concert à Anacortes. C’est toujours agréable d’être logés lors de nos passages dans des grandes villes. Tawny a été une hôte royale et nous a emmené au quatre coin de cette immense ville pour nous faire vacciner contre la fièvre jaune, faire du shopping, nous faire couper les cheveux, visiter des maisons flottantes, et tout ça en une seule journée !

A Vancouver, autre grosse ville (mais beaucoup plus agréable que Seattle pour les cyclistes), c’est Fanny une française (amie d’une amie) et son homme canadien Robert qui nous laisse mettre tout notre bardas dans leur appart.

Enfin une autre et très belle rencontre, celle avec Jacqueline et Warren sur Vancouver Island. Nous les avons connus dans une station service et nous avions parlé de voyage à vélo. Ils nous ont proposé de venir voir leur ferme plus tard, ce que nous avons fait. Nous avons finalement passé plus de quatre jours avec eux, aidant un peu dans le jardin, arrachant des arbres, caressant les béliers (NB : le bélier canadien parraît plus sympathique que le thailandais)…

Bref, notre voyage aux USA et au Canada a été ponctué de très belles rencontres et de bons repas (et oui certains américains savent bien boire et bien manger !) .

Nous sommes dimanche, demain matin nous nous envolerons pour le Pérou, l’aventure continue !


Donc si, aquest blog ha estat de vacances aquests darrers temps, esperem però que vosaltres també n’hàgiu fet i que no ens hàgiu trobat a faltar. Ara mateix estem a Vancouver Canada, on hem arribat després de creuar els Estats de Montana, Idaho i Washington, i demà mateix si tot va bé volarem cap a Cuzco amb la idea de continuar la nostra aventura per terres andines.
En la nostra travessa cap a la costa oest hem creuat muntanyes grans i petites, rius cabalosos i  boscos frondosos, hem seguit carreteres desertes, hem acampat en paratges bucòlics i ens hem banyat en llacs  d’aigües cristallines. Però si alguna cosa no ha deixat de sorprendre’ns durant aquests mesos ha estat la hospitalitat de la gent que hem conegut pel camí.  Gent que hem creuat uns minuts i que sense haver tingut practicament temps de coneixens i malgrat que potser portàvem dies sense dutxar-nos, ens han obert les portes de casa seva com si fóssim de la família.  Ens han alimentat, ens han ajudat a planificar la nostra ruta, ens han portat a visitar la zona i ens han fet de guies en ciutats on altrament ens hauríem sentit completament desubicats. Més important encara, ens han permès compartir amb ells petits fragments del seu dia a dia. Com criatures que intenten entendre una conversa d’adults darrera una porta entreoberta hem intentat conèixer un país a traves dels moments que hem compartit amb la gent que hi viu, hem recollit unes quantes peces de un enorme puzle i hem intentat endevinar la realitat que aquest amaga. Evidentment la gent que hem conegut no eren segurament una mostra representativa i el que han compartit amb nosaltres és només una fracció de la seves vides, però després de 3 mesos, tenim la sensació de conèixer Nord Amèrica molt millor del que la coneixíem abans de venir, i en qualsevol cas, molt millor del que la coneixeríem si ens haguéssim limitat a recórrer les carreteres  acumulant imatges de paisatges i llocs emblemàtics.
La llista de tota la gent que ens ha acollit és llarga, hem dormit en un llit aproximadament un 30% de les nits, i això només representa una part de totes les vegades que ens han convidat, ja que en moltes ocasions ens han convidat però el lloc o el moment no ens eren favorables. No podem deixar de preguntar-nos si viatjant per Europa hauríem estat acollits de la mateixa manera. El que tenim bastant clar és que viatjar en bicicleta influeix enormement en la gent que acabes coneixent i és per això que viatjar en bicicleta és una de les maneres més gratificants de viatjar.
Esperem que per Sud America la nostre bona sort i la nostra bicicleta ens continuïn fent descobrir el mon a través de la gent que hi viu.

10.000 km !

Français / Català

Seguint el nostre camí cap al nord vam arribar a Jackson, i vam deixar la Great Divide per anar a visitar Yellowstone i els Great Tetons National Park.
Els nostres Warmshowers a Jackson van ser una parella d’enginyers molt simpàtics. Ell es dedica a la robòtica, lo qual no només va ser una casualitat increïble sinó que és molt sorprenent si tenim en compte que a Wyoming només hi ha granges i vaques. Haurien pogut passar per la típica parella de Grenobloisses si no fos que a més d’escalar, esquiar i anar en bicicleta també eren aficionats a la caça. Ens van oferir d’anar a tirar uns quants tiros per passar el rato, però vam declinar la oferta. La veritat és que ara m’arrepenteixo una mica de no haver acceptat, al cap i a la fi, hi ha poques coses més típicament americanes que anar a tirar tiros.

Yellowstone va ser el primer Park Nacional que es va crear als Estats Units, de fet el concepte de Park Natural el deurien inventar allà. És un lloc d’aquests dels que tothom a sentit parlar, i des de que vam arribar aquí als EEUU que esperàvem amb il.lusió arribar-hi. Potser per això, perquè les expectatives eren massa grans, o potser perquè hi havia massa gent per tot arreu, el cas és que Yelowstone ens va decepcionar una mica. Vam veure els bisons, els cérvols, els geysers i les fumaroles, però els boscos que es deurien cremar fa una anys estaven tot just tornant a brotar, i deixant de banda un parell de cascades molt impressionants, el paisatge era menys espectacular que el que havíem estat creuant uns dies abans.

No vam veure cap ós, i de fet jo estava convençut que en realitat no n’hi havien, que lo de posar cartells de “Be Bear Aware” i demanar a la gent de no deixar menjar pels llocs y guardar-ho tot en unes caixes metàliques a la nit, era tot una mena d’estrategia comercial del park, que l’únic que pretenia era fer que la gent visiti el park amb l’esperança de veure un ós. Dos dies després de que deixéssim Yellowston un grizzley es va cruspir un pobre turista que sense voler es va trobar entre una mare protectora i la seva cria, així que he hagut de reconèixer que la Gaëlle tenia raó amb la seva “osso paranoia”, i des d’aleshores quan dormim al bosc pengen tot el nostre menjar d’un arbre ven lluny de la tenda, no fos cas que un ós en dejuni passi a prop.

Vam trigar 4 dies a creuar Yelowston i quan finalment en vam sortir i vam entrar a Montana vam estar contents de deixar enrere els milers de turistes amb els seus cotxes, les sever caravanes i els seus RV’s (Recreational Vehicles) de 12 metres.

Una de les coses bones dels Parks Nacionals és que fan de concentradors de turistes, i que a la que en surts hi ha una pila de carreteres fantàstiques per a les que no hi passa practicament ningú.  Va ser en una d’aquestes carreteretes que fa uns dies vam creuar la meta dels 10.000 km.

Si, ja sé que hauríem d’haver creuat la meta junts, però es que era el meu aniversari, i en un acte de generositat tipus Indurain, la Gaëlle em va deixar guanyar l’etapa.

10.000 km pedalats son molts quilòmetres, però no tots els quilòmetres són iguals. A continuació una classificació dels quilòmetres.

Segons la Gaëlle.
El quilòmetre matinal: és el primer quilòmetre del dia, pot ser que et sentis molt en forma i et diguis que serà un dia fantàstic,o pot ser que et sentis cansada i enganxosa amb la sensació aquella de capa sobre capa de suor, crema solar i antimosquits, perquè fa dos dies que no et dutxes. Aleshores et dius a tu mateixa que serà un dia llarg i creues els dits perquè el teu company d’equip se senti igual que tu i voti per una jornada de poc quilometratge.

El quilometre del bon rollo: en general efectuat sobre una carretera plana, en bon estat, i sense tràfic que et permet despreoucuparte de la conducció i observar el paisatge.

El quilometre que et posa dels nervis: és aquell quilometre en el que penses que hi haurà una baixada desprès de la pujada, però a la que gires l’ultima curba resulta que encara et queda una bona rampa i has de continuar pedalant.

El quilometre del plaer: és el que segueix el quilometre que et posa dels nervis, ja que és sabut que tot el que puja baixa, i que després de una pujada sempre hi ha una baixada.

El quilometre anti-social: és aquell en el que el teu company està lluny, molt lluny, i com mes lluny està menys ganes tens d’atrapar-lo, i de totes maneres vist que no t’espera tampoc tens ganes de parlar-hi.

El quilometre nostàlgic: doncs si, molta estona per pensar sobre la bici, penses, penses, i et dius que estaries millor al jardí de Lorris o prenent un aperitiu amb els col.legues encara que siguin les 10 del matí.

El quilometre ouahhhh: és el quilometre on aixeques el cap i tot el que veus es meravellós, i estàs contenta de tenir la bici que volies llançar durant el quilometre nostàlgic.

Segons el Pau.

El quilometre que no s’acaba mai: És aquell quilometre difícil, quan estàs cansat i fa vent i pujada i la pista és dolenta i tu l’ùnic que vols és arribar al final de l’etapa i el quilometre que no s’acaba mai passa moooolt a poc a poc.

El quilometre despistat: és el quilometre en que estàs pensant no saps ben be que i quan te n’adones resulta que t’has saltat un trencall,  la botiga que estaves esperant des de feia 2 hores o simplement t’has oblidat d’esperar al company d’equip.

El quilometre faig el despistat: és el quilometre on saps que el company d’equip t’està maleint des d’allà darrera per un motiu X i no et vols parar perquè si et pares a esperar t’hi acabaràs enfadant, aleshores fas com si fos un quilometre despistar i creues els dits perquè se li oblidi el motiu X.

L’ultim quilometre incògnita: És l’ùltim quilometre del dia quan no saps on dormiràs, no trobes cap lloc adient i continues pedalant,el sol comença a amagar-se i quan comences a perdre l’esperança i sembla que hauràs de pedalar de nit o plantar la tenda al costat de la carretera va i apareix un càmping que no sortia en el mapa.

El quilometre maillot jaune: Quan et sens en plena forma i decideixes fer un quilometre a tope tot imaginant que estàs a punt de guanyar una etapa del tour.

El quilometre llarg: Quan li dius al teu company d’equip que tens gana i que podríem parar a dinar, però ell/ella no te gana i et diu si, d’aquí a un quilometre ens parem, i el quilometre dura i dura i dura.

Segur que n’hi ha d’altres, però 10.000 són molts i no els podem recordar tots.

Suivant notre route vers le Nord, nous sommes arrivés à Jackson et nous avons laissé la Great Divide pour visiter les Parcs Nationaux du Grand Teton (et oui, les français sont passés par là) et du Yellowstone. A Jackson, nous avons été accueillis par un couple de Warmshowers très sympathique, passionné entre autre par l’escalade, le vélo et aussi la chasse … Ils nous ont proposé d’aller tirer au fusil dans le champ derrière chez eux mais nous avons poliment refusé.

Le parc du Yellowstone est le plus ancien parc du monde. C’est un de ces endroits dont tout le monde a entendu parlé et nous étions impatients d’y arriver.Peut-être les attentes étaient trop grandes ou le parc était trop fréquenté, mais Yellowstone nous a un peu déçu. Nous avons pu voir des bisons, des cerfs, des geysers et malgré quelques belles cascades les paysages était moins spectaculaires que ceux croisés avant d’arriver au parc.

Nous n’avons pas croisé d’ours, et j’étais convaincu qu’en réalité il n’y en avait pas. Que les panneaux “be bear aware” et que les gens nous demandaient de mettre les sacoches de nourriture dans des boîtes métalliques cadenassées étaient une stratégie commerciale du parc pour faire croire aux visiteurs qu’en venant au Yellowstone ils pourraient voir des ours. Deux jours après avoir quitté le parc, nous apprenons qu’un homme y a été tué par un grizzly lors d’une randonnée. Je reconnais que Gaëlle avait raison avec sa paranoïa des ours, et maintenant quand nous dormons en forêt, nous suspendons bien haut dans un arbre loin de la tente nos sacoches.

Nous avons mis 4 jours pour traverser le parc du Yellowstone et à la sortie nous attendait le Montana et des routes bien plus tranquilles sans trop de touristes conduisant leurs énormes camping cars de 10 m de long.
C’est sur une de ces petites routes paisibles que nous avons franchi la barre des 10.000 km.

Oui, je sais que nous aurions dû la franchir ensemble mais c’était mon anniversaire, et dans un acte de générosité à la Miguel Indurain, Gaëlle m’a laissé gagner l’étape.
10.000 km pédalés pendant ces 8 mois ! Même en voiture on ne le faisait pas sur une année. Faisons un petit résumé des différents types de kilomètre.

Selon Gaëlle

Le kilomètre matinal : le premier kilomètre de la journée, soit tu es en super forme et tu te dis que cette journée va être fantastique soit tu es fatigué, tu te sens sale car tu t’es pas douché depuis deux jours, là tu te dis que la journée va être longue et tu espères que ton coéquipier est dans le même état et voudra faire une journée légère niveau kilométrage.

Le kilomètre sympathique : en général effectué sur une route plate en bon état, plutôt tranquille (deux, trois voitures) qui te permet de regarder le paysage sans te préoccuper de la conduite.

Le kilomètre énervant : c’est celui qui te fait croire à une descente après une montée mais malheureusement après un virage tu dois encore appuyer sur tes pédales.

Le kilomètre jouissif : c’est celui qui suit de près le kilomètre énervant car c’est bien connu il y a toujours une descente après une montée.

Le kilomètre anti-social : celui où ton partenaire est loin, très loin et plus il est loin moins tu as envie de le rejoindre, toute façon tu as pas envie de lui parler vu qu’il ne t’attend pas.

Le kilomètre nostalgique : ben oui, ça cogite sur un vélo, tu penses que tu serais mieux ailleurs, dans le jardin à Lorris ou en train de prendre l’apéro avec les potes même s’il est que 10 h du matin.

Le kilomètre ouahhhh : celui où tu es émerveillé par ce qui t’entoure et que tu es bien contente d’avoir ton vélo que tu avais envie de jeter lors du kilomètre énervant.

Selon Pau.

Le kilomètre qui ne finit jamais : c’est ce kilomètre difficile, quand t’es fatigué et que le vent souffle de face, que cela monte, que la piste est mauvaise et que la seule chose que tu attends c’est la fin de l’étape.

Le kilomètre dans la lune : le kilomètre pendant lequel tu penses à tout et n’importe quoi et quand tu te réveilles, tu t’es trompé de route, ou bien tu as dépassé le magasin que tu attendais depuis deux heures ou tu as tout bonnement oublié d’attendre ta coéquipière.

Le kilomètre où tu fais semblant d’être dans la lune : c’est le kilomètre pendant lequel tu sais que ta coéquipière t’en veut au loin derrière pour un motif X et que tu ne veux pas t’arrêter car si tu t’arrêtes ça va chauffer, alors tu fais comme si c’était un kilomètre où tu penses à tout et n’importe quoi et tu croises les doigts pour que le motif X soit oublié.

Le dernier kilomètre vers l’inconnu : le dernier kilomètre de la journée, tu ne sais pas où tu vas dormir, tu ne trouves pas un bon endroit où planter la tente, alors tu continues de pédaler, le soleil commence à se coucher, et là quand tu commences à perdre espoir et que tu penses pédaler de nuit ou bien dormir à côté de la route apparaît un camping.

Le kilomètre maillot jaune : quand t’es en pleine forme et tu décides de faire un kilomètre à fond tout en imaginant que tu es en train de gagner une étape du tour.

Le long kilomètre : quand tu dis à ta coéquipière que tu as faim et qu’on pourrait manger, elle, elle n’a pas faim mais te dit d’accord on s’arrête dans un kilomètre, et le kilomètre dure, dure et dure …

Il y en a d’autres, mais 10.000 km  c’est beaucoup et nous ne pouvons pas nous souvenir de tous..